Pour la Faculté des Sciences

 

Ensemble vers notre nouvelle université

 

Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès.
Nelson Mandela

Recherche

Formation

Vie du Campus Pierre et Marie Curie

Pilotage et politique RH

Dans les départements de formation, dans les laboratoires, dans les services administratifs, partout les femmes et les hommes de l’UPMC ont construit, au fil des années, l’un des plus beaux fleurons nationaux de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Des formations de haut niveau accessibles au plus grand nombre, des diplômes forts offrant des perspectives réelles sur le marché de l’emploi, des succès retentissants en recherche, une valorisation de nos résultats au bénéfice de notre économie : nous pouvons tous en être fiers, au moment de tourner la page.

Aujourd’hui un nouveau chantier est devant nous : bâtir Sorbonne Université avec nos collègues de Paris Sorbonne. Le plus grand défi de ce projet est sans aucun doute la construction de la Faculté des Sciences. Nous devrons lui forger une identité solide afin de converger vers un équilibre pérenne avec la Faculté des Lettres, qui bénéficie de la structure et de l’histoire de Paris Sorbonne et la Faculté de Médecine, qui hérite de l’identité forte de l’UFR de Médecine de l’UPMC. Cet équilibre doit permettre un travail en étroite concertation avec les deux autres facultés. Nous avons tout à gagner à confronter nos pratiques et discuter de leurs évolutions, à mutualiser nos moyens et mettre en synergie nos travaux en recherche et en formation.

Côté Sciences, donc, tout est à construire avec les 14 composantes dont 6 UFRs, avec les laboratoires et les départements de formation : une vision commune, des objectifs communs, un fonctionnement commun ; des relations équilibrées avec la future Université ; des Contrats d’Objectifs et de Moyens qu’il faudra négocier en préservant les intérêts de tous. La Faculté doit aussi mettre en place des services centraux facultaires dont le périmètre (appui à la formation et à la recherche, Scolarité, finances, communication, systèmes d’information, patrimoine et logistique, direction, ressources humaines) permettra une gestion efficace et démocratique avec des circuits de décisions courts et transparents.

Pour réussir ce changement majeur, il y a une seule option : faire fi de ce qui nous oppose, et construire ensemble la nouvelle faculté des sciences. Ensemble, c’est-à-dire pas seulement entre collègues qui partagent la même vision. Nous aurons manqué une occasion unique si nous n’intégrons pas, au sein d’un même effort collectif, les diverses sensibilités de notre communauté, dont les divergences ont été inutilement exacerbées par le passage à l’autonomie.

Comment ?  La création de la faculté des Sciences induit un redécoupage électoral qui laisse espérer une composition plurielle du Conseil. Un tel résultat nous imposera de travailler à mettre en place une équipe elle aussi plurielle, engagée sur des objectifs et des principes communs, en refusant toute attitude partisane.

Dans cette construction collective que nous appelons de nos vœux, les principes que nous promouvrons sont identiques à ceux que nous défendons avec nos collègues des Lettres et de la Médecine au niveau de Sorbonne Université : proposer, écouter, discuter et converger. Faire confiance à tous les niveaux aux personnels et aux étudiants, en préférant les constructions participatives à l’intervention de cabinets externes pour la définition des modes de fonctionnement. Promouvoir les pratiques solidaires et le partage des moyens, ce qui est devenu crucial depuis que les systèmes de financement et d’évaluation ont dramatiquement encouragé l’individualisme et la mise en compétition. L’excellence n’a de sens que si elle est portée par toute notre communauté et si elle rejaillit sur l’ensemble de la collectivité !

Concrètement, pour élaborer la politique de formation et la politique scientifique de la faculté, nous proposerons la création d’un Conseil Stratégique Formation et d’un Conseil Stratégique Recherche. Le Conseil de la faculté décidera de leur composition en restant ouvert à toutes les sensibilités et en veillant à la représentation des différents secteurs disciplinaires via les composantes. Nous soumettrons alors les propositions suivantes, dans les domaines de la recherche, de la formation, la vie du campus, et pour le pilotage.

 

Recherche

  1. La politique scientifique de la Faculté doit partir de celle qui est proposée par les laboratoires et les UFRs. Le Conseil Stratégique de la Recherche aura pour mission de construire la vision scientifique de notre Faculté en agrégeant ces contributions, en identifiant les synergies entre les disciplines, en proposant des priorités à soutenir avec un budget dédié qui doit rester marginal par rapport au budget total consacré à la recherche (politique d’incitation).
  2. Les services fournis aujourd’hui par la DGRTT de l’UPMC, en particulier l’aide apportée aux projets et à leur gestion, devront être placés au niveau de la Faculté ce qui n’empêche pas une certaine décentralisation dans les grosses unités (antennes).
  3. Un équilibre juste devra être trouvé entre financement récurrent et financement par projet. Nous promouvrons des modèles plus solidaires, permettant à toutes les chercheuses et tous les chercheurs de travailler dans des conditions de financement satisfaisantes indépendamment des résultats aléatoires aux appels à projet auxquels ils répondent.
  4. Les plates-formes technologiques de haut niveau jouent un rôle toujours plus important principalement en chimie, biologie ou physique. Leur développement sera un objectif prioritaire et leur mode de financement devra donner satisfaction aux usagers tout en assurant leur pérennité.
  5. La Faculté devra veiller à ce que les enseignants-chercheurs affectés à des laboratoires extérieurs à la Faculté ne soient pas lésés en termes d’évolution de carrière.
  6. La Faculté s’inscrira pleinement dans une politique d’open data, a fortiori si cette politique est menée au niveau de Sorbonne Université.

Retour en haut de la page

 

Formation

  1. La politique de formation sera en premier lieu proposée par les départements de formations et les composantes. Le Conseil Stratégique Formation aura pour mission d’agréger ces propositions pour former un projet cohérent en ambitieux, au cœur duquel sera placée la réussite des étudiants. Il pourra ainsi proposer des schémas de formation adaptables et souples. Un des enjeux sera de répartir les moyens de manière solidaire et juste, et pour cela, de s’appuyer une évaluation transparente et partagée des coûts par étudiant.
  2. L’innovation pédagogique sera un chantier prioritaire de la Faculté. Il faudra passer du stade de l’expérimentation au stade du déploiement mais toujours sur la base du volontariat et en associant des moyens appropriés.
  3. Les liens entre la Faculté et le monde de l’entreprise devront être intensifiés en ce qui concerne les formations. Nous proposerons notamment un effort accru sur l’alternance (contrat de professionnalisation et apprentissage).
  4. La question de la professionnalisation des formations de licence permettant aux diplômés une sortie sur le marché de l’emploi sera aussi à travailler par notre communauté.
  5. Il sera proposé aux composantes d’inclure le temps de service dans les dialogues stratégiques, i.e. se mettre d’accord à l’avance sur le nombre d’heures qui seront allouées à la composante pour les formations qui relèvent strictement de son périmètre. Ceci pourra permettre aux équipes pédagogiques qui le souhaitent de réfléchir à une façon de compter la charge d’enseignement qui soit plus respectueuse du travail réel que le strict décompte présentiel actuel.

Retour en haut de la page

 

Vie du Campus Pierre et Marie Curie

Le campus Jussieu, rebaptisé Campus Pierre et Marie Curie, est un joyau au cœur de Paris. La Faculté des Sciences doit s’en servir à plein et favoriser son appropriation par les personnels et les étudiants.

  1. La rénovation de la barre Cassan doit être la priorité immobilière du campus Pierre et Marie Curie (ex Jussieu). Si rien de sérieux n’est envisageable rapidement, il faudra travailler à un usage solidaire des locaux rénovés du grill, car la situation des collègues de la barre Cassan n’est plus supportable.
  2. Bien que constituant une ressource qu’il ne faudra pas négliger, la location de locaux du campus sera limitée à un usage non invasif et calme. L’usage des locaux sera par ailleurs pour les services, les formations et les laboratoires.
  3. Les lieux où les enseignants pourront partager leurs pratiques seront multipliés, à l’image du teaching lab récemment créé dans l’Atrium.

Retour en haut de la page

 

Pilotage et politique RH

  1. Pour favoriser les circuits courts de décision, il sera proposé, aux composantes qui le souhaitent, de mener une partie de la politique RH en termes de recrutement, de suivi de la formation des personnels ou d’attribution d’une partie des primes (ISP) par exemple. Ces composantes devront disposer des moyens et des compétences associées.
  2. Il faut mettre en place une culture du « savoir travailler ensemble » pour l’ensemble des personnels, avec une attention particulière sur l’accompagnement des cadres, qu’ils soient enseignants-chercheurs (direction de composante, de laboratoire, etc.) ou BIATSS (direction de services administratifs, etc.). La faculté sera partie prenante de l’accompagnement des carrières, restera garante de la mobilité et sera en charge des arbitrages.
  3. A l’instar de la nouvelle université, il faut doter la Faculté d’une Direction de l’Evaluation et de l’Aide au Pilotage (DEAP) ou équivalent, indispensable à la production d’indicateurs fiables construits en concertation avec les acteurs de terrain et sur lesquels se baseront les Contrats d’Objectifs et de Moyens.
  4. La question du télétravail est une opportunité pour nombre de personnels habitant loin de Jussieu. Elle devra être abordée sans tabou ni démagogie, avec un objectif d’augmenter le recours à ce dispositif.
  5. La Faculté s’intègrera pleinement dans le projet de transformation numérique de Sorbonne Université. A minima, elle entreprendra un travail de fond pour la modernisation de ses systèmes d’informations.

Retour en haut de la page